Salut les brains, aujourd’hui est un grand jour puisque je vais vous parler d’un jeu PlayStation très attendu et encensé par la critique : God of War
God of War

God of War est l’une des sagas emblématiques de Playstation, développée par le studio Sony Computer Entertainment Santa Monica. Le demi-dieu Kratos (fils de Zeus) est de retour 8 ans après le dernier épisode canonique.

Les trois premiers volets étaient des jeux d’action-aventure de type hack’n’slash, donc avec une caméra automatique et une vue assez lointaine. Cinq autres jeux estampillés God of War sont sortis sur smartphone ou consoles portables pour apporter du background à Kratos.

God of War
La statue de Thor, fils d'Odin

Exit la mythologie grecque, place à la mythologie nordique. Ce nouvel opus, intitulé sobrement God of War, n’est pas un reboot puisqu’il fait scénaristiquement suite aux précédents.

La licence s’offre tout de même une refonte totale puisque Kratos a quitté la Grèce pour venir s’isoler dans les terres nordiques. Il accuse le poids des années et affiche un visage aux traits marqués et une barbe grisonnante. Il est accompagné de son fils Atreus.

Tous les deux entreprendront un voyage vers le sommet d’une montagne afin d’y déposer les cendres de la défunte mère d’Atreus. Mais comme vous pouvez vous en douter, le trajet ne sera pas de tout repos.

God of War

La relation entre Kratos et son fils, Atreus, évolue au cours des épreuves et devient très touchante. Il est au début très distant et le jeune s’avère être plutôt rebelle.

Le gameplay aussi a été totalement repensé pour se rapprocher de ce que propose des titres comme Uncharted, The Last of Us ou encore Horizon Zero Dawn (il y a pire comme modèle). La caméra est située à l’épaule du personnage pour offrir les meilleurs angles de vue.

Cela donne un aspect cinématographique extrêmement immersif à ce God of War. Ce sentiment est renforcé par l’absence de temps de chargement et d’ellipse. La totalité du jeu se déroule dans un gigantesque plan-séquence durant lequel vous ne quitterez jamais Kratos des yeux.

God of War

Malgré cela, manette en main, on retrouve très rapidement les mêmes sensations de plaisir que nous procurait la série bien des années auparavant. Plus que cela, les affrontements de God of War, et plus particulièrement ceux contre les boss, retranscrivent à merveille la puissance des coups et donnent lieu à des scènes épiques.

De plus, si la difficulté ne s’apparente pas à celle d’un Dark Souls, il sera plus compliqué que dans les précédents de marteler la touche d’action pour se sortir d’une situation dangereuse. Certains ennemis sont invulnérables à certains types d’attaques et il faudra parfois analyser les actions des adversaires pour trouver leur point faible.

God of War

Votre épopée sera régulièrement entravée par diverses énigmes variées et de difficulté progressive. La plupart sont facultatives et débloqueront uniquement l’accès à un coffre. Vous pouvez donc totalement faire l’impasse sur celles-ci ou bien revenir une fois le jeu fini pour ramasser tous les collectibles.

Si God of War est toujours un beat them all, il faut bien constater qu’il intègre désormais une composante RPG avec les arbres de compétences, les points de dégâts et l’amélioration de l’équipement.

Les arbres de compétences sont au nombre de quatre :

  • Hache Leviathan
  • Bouclier et Rage Spartiate
  • Arc d’Atreus
  • Un quatrième qui se débloquera par la suite et qui devrait faire plaisir aux fans

Au niveau de l’équipement, vous pourrez récupérer ou fabriquer des protections pour le torse, les avant-bras ou encore pour la taille. Ces équipements, en plus de leurs propriétés, changeront visuellement les vêtements de Kratos, ce qui permet pour la première fois de la série de pouvoir personnaliser l’esthétique du héros.

God of War

God of War est sans aucun doute l’un des plus beaux jeux sortie jusqu’à maintenant sur PS4. L’ambiance lumineuse est parfaitement bien gérée et le level-design est varié. Seul accroc dans cette magnifique expérience graphique, l’eau et les particules ne sont pas très convaincants.

God of War

Cependant, il faut noter que j’ai testé God of War sur PS4 standard et non sur PS4 Pro avec la 4K.

La bande-son est magnifique, parfois onirique, mais également épique ou dramatique, sans jamais être envahissante. Elle accompagnera avec fluidité votre aventure en accentuant les moments les plus héroïques.

En suivant l’aventure sans trop vous égarer, comptez de 15 à 20 heures pour arriver à la fin de votre périple. Néanmoins, plusieurs mondes entiers resteront inexplorés comme Niflheim ou Muspellheim, ce qui rajoutera quelques heures de plus. La totalité du jeu reste explorable à la fin de l’histoire et les emplacements des Valkyries sont alors indiqués sur votre carte.

Asgard et Svartalfheim sont toutefois impossible à atteindre. Reste à savoir si un DLC viendra ouvrir l’accès à ces deux mondes ou si il faudra attendre l’opus suivant.

Conclusion

God of War fait un retour triomphant. Kratos n’a jamais été aussi humain et dieu à la fois. Ce volet est beaucoup plus orienté vers la narration et l’émotion, sans pour autant oublier la substance d’origine de la saga. Le contraste n’en est que plus percutant entre le père protecteur et le dieu féroce qu’incarne Kratos avec virtuose. La fin de l’histoire ne laisse aucun doute sur l’arrivée d’une suite qui s’annonce déchirante.

Bref, si vous avez une PS4, il vous faut God of War.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.